Parrainer un professeur

Pourquoi le parrainage de professeurs ?
Le parrainage des professeurs a permis à lui seul la création du niveau secondaire (lire par ailleurs) mais il est aussi et surtout absolument indispensable pour en garantir la viabilité.

En effet, même si l’Etat octroie à l’école des professeurs de secondaire depuis 2008, ce n’est jamais en nombre suffisant. En fait, le quota alloué par l’Etat dépend directement du nombre d’élèves inscrits, qui est insuffisant à San Jeronimo pour des raisons purement démographiques. Sans l’engagement annuel formel de l’asbl de recruter et rémunérer les professeurs manquants, l’école serait dans l’incapacité d’offrir un programme complet et perdrait automatiquement son accréditation. Cela signifierait un retour à la case départ. La suppression du secondaire obligeraient les élèves à aller se chercher une école ailleurs, ce qui en pratique est quasi impossible pour la majorité d’entre eux du fait de l’isolement du village.

Combien ça coûte et combien donner?
Le salaire d’un professeur est d’environ 350 € par mois. Le parrainage est laissé au choix du parrain, avec un minimum de 10 € par mois. Bien qu’il soit déjà arrivé qu’un parrain prenne en charge la totalité d’un salaire, les dons mensuels varient généralement entre 10 et 100 € avec une prédominance de 10 à 20 €. Le paiement se fait par versement mensuel idéalement via un ordre permanent. Il est bien entendu possible de faire un don ponctuel du montant de votre choix.

Les professeurs payés par l’ASBL sont  beaucoup plus motivés et assidus que les autres L’absentéisme des professeurs nommés est en effet un problème dont l’importance varie d’une année à l’autre, surtout dans ce genre de village isolé, du fait de l’absence de tout contrôle et de sanction par l’Etat, ce qui leur donne un sentiment d’impunité. Et les parents d’élèves n’osent pas faire de dénonciation de peur de représailles sur les notes de leur enfant. Nos professeurs eux sont contrôlés et savent qu’ils seront vite remplacés s’ils ne font pas leur job correctement. Le contrat privé qui nous lie ne leur offre pas la même protection et il y a pléthore de professeurs sur le marché du travail. Au final tout le monde y gagne car les professeurs qui travaillent pour nous sont souvent et plus facilement nommés par la suite.

Combien de profs y a-t-il à parrainer ?
Les besoins sont très variables et aléatoires et oscillent entre 3 et 6 professeurs chaque année.

  • En primaire

Les besoins en primaire  se limitent en principe à un seul professeur. C’était d’ailleurs déjà le cas au lancement de l’opération. Il n’est pas exclu que cela change à l’avenir en fonction de l’évolution démographique au village.

  • En secondaire

Les besoins en secondaire sont très aléatoires – entre 2 et 5 professeurs selon les années – ce qui rend le financement de cette action particulièrement compliqué.

En fait le nombre de professeurs octroyés par l’Etat dépend du nombre d’élèves inscrits mais aussi des budgets fixés chaque année par le Ministère de l’Education. Or, le niveau secondaire de l’école de San Jeronimo a un statut particulier – son accréditation a été accordée à titre expérimental – et à ce titre il est servi après toutes les autres écoles. Si l’on sait qu’en plus certains fonctionnaires haut placés se servent souvent au passage, il est aisé de comprendre que le nombre de professeurs finalement nommés correspond rarement à ce qui est nous annoncé sur base des budgets par le Ministère Régional de l’Education.
En pratique nous ne connaissons le nombre exact de professeurs à engager – et leur spécialité – qu’une fois l’année scolaire déjà commencée.

  • Professeur de musique

Depuis quelques années, l’asbl Tito & Sofia finance également un professeur de musique. Grâce à des dons spécifiques, nous avons pu acheter des instruments de musique (trompettes, percussions, tubas, etc…) afin de sensibiliser les jeunes et les moins jeunes à l’apprentissage de la musique. L’arrivée du  professeur de musique qui intervient auprès de l’école mais aussi après les cours, a permis au village d’avoir maintenant deux « groupes » de musique qui participent à l’animation du village lors des nombreuses fêtes qu’ils organisent. Par le passé le village faisait appel à des « bandas » qui venaient des villages voisins et qu’il fallait payer. Maintenant tout est plus simple, gratuit et on connaît les musiciens !